A Rennes, le pouvoir abîme le 1er mai