Communiqués

0

Rennes Métropole déploie le « loyer unique »

Communiqué du Parti de Gauche 35 et ses élus PG-FI de Rennes.

Le « loyer unique » va aggraver l’accès au logement social pour les plus pauvres.

Partant d‘un constat de déséquilibre de mixité sociale entre les quartiers et les communes de Rennes Métropole, les mêmes groupes politiques qui ont développé depuis des décennies ce qu’ils critiquent aujourd’hui, imposent le système de « loyer unique ».

En regardant concrètement ce nouveau mécanisme, nous observons trois problèmes majeurs.

Tout d’abord, concevoir qu’un nouveau système de loyers, qui affectera les familles accédant au logement social ne soit pas travaillé en étroite concertation avec les associations de locataires et d’accompagnement social, s’apparente à une faute politique. La sanction est claire, aucune association de locataires n’approuve le « loyer unique ».

Ensuite, les conséquences de la nouvelle grille de loyers font ressortir clairement que les familles les plus modestes dépenseront plus pour accéder à un logement. Il est reconnu par Rennes Métropole une augmentation en moyenne de 4% des loyers en zone 2 (principalement Rennes Maurepas, Blosne et Villejean). Quand un demandeur avec 500€ de revenus par mois dépense aujourd’hui 6% de ses ressources pour le loyer, le loyer unique augmentera « le reste à charge » à ces mêmes demandeurs qui dépenseront 18% de leurs maigres revenus. Ce n’est pas acceptable !

Enfin, baser un système sur l’optimisation des APL, dans un contexte d’offensive ultra libérale, menée par le gouvernement et sa majorité parlementaire, c’est prendre des risques de déstabilisation pour des familles en demandes de logements ou en mutation de logement. Le projet de loi ELAN prépare aussi la déstabilisation globale du « modèle HLM ».

Les bonnes intentions affichées ne suffisent pas pour démontrer que le système « loyer unique » est le meilleur moyen de maitriser les loyers, et de permettre à tous les demandeurs d’accéder à un logement dans un quartier ou commune de leur choix et à un coût correct.

Les familles en difficultés, majoritaires dans les demandeurs de logement social, choisissent les loyers les moins élevés, donc aujourd’hui dans les mêmes quartiers de Rennes. Cela signifie que le problème principal se situe d’abord dans les niveaux scandaleusement bas des « minimas sociaux » et de la forte précarité. En augmentant les loyers à Rennes et en les baissant dans les communes hors de Rennes, Rennes Métropole entraîne les demandeurs pauvres dans de nouvelles difficultés et les bailleurs sociaux dans un mécanisme incertain.

 

0

Communiqué du Parti de Gauche et de ses élus.

« Archipel Habitat condamné ou la valse des hypocrites ! »

La CNIL vient de sanctionner Archipel Habitat pour avoir informé en octobre 2017, ses locataires , via son fichier interne, des conséquences désastreuses de la politique du gouvernement en termes de logement. Des responsables du mouvement En Marche utilisent cette plainte déposée par un responsable local des Républicains. à l’encontre d’Archipel habitat pour viser sa présidente, Me Appéré Maire de Rennes à des fins de politique locale. Cette initiative renseigne sur leur pseudo façon de faire de la politique autrement.
La décision scandaleuse du gouvernement de diminuer les APL de 5€ en octobre 2017 visait les locataires les plus démunis des secteurs privés et HLM.
Cette décision fut suivie d’une autre ne concernant que les locataires du secteur HLM en créant la RLS (Réduction Loyer Solidarité) mesure impactant fortement les bailleurs sociaux qui sont tenus de compenser avec leurs fonds propres (c’est à dire l’argent des loyers de tous) les 50€ d’APL supprimés par le gouvernement, mesure appliquée en février 2018.
En Ille et Vilaine, Archipel Habitat est le bailleur le plus fortement touché par la RLS puisque près de 60% de ses locataires bénéficient de l’APL. Archipel habitat perd ainsi plus de 7 millions d’€ par an.
Infliger une sanction de 30000€ à un bailleur qui ose informer ses locataires sur la portée destructrice de la politique du gouvernement signifie que le silence doit accompagner la liquidation du secteur HLM.
Inacceptable !
Que la présidente d’Archipel Habitat informe les locataires des mesures terribles prises à l’encontre de tous les locataires est tout à fait légitime, c’est dans le rôle d’un-e président-e d’un organisme public. C’est de plus une bonne chose et de bon sens.
Nous pensons même que cela aurait dû être le cas plus souvent, en lien avec les autres bailleurs sociaux publics comme Néotoa, les Foyers, Fougères Habitat et Emeraude Habitat, afin d’organiser une mobilisation forte contre la politique anti pauvre du président Macron, associant les locataires, les associations, les élus.
La lettre de la présidente d’Archipel Habitat a été suivie par un communiqué unanime du conseil d’administration d’Archipel Habitat, dénonçant effectivement les conséquences désastreuses des choix politiques du gouvernement. Aucun.e administrateur, aucun.e locataire, aucune association ne s’est plaint.e de quoi que ce soit sinon de la destruction d’un modèle social qui épargne pourtant des millions de familles de la spéculation immobilière.
Dans cette affaire, il y a deux camps, celui qui défend le logement social et tout ce que cela implique en pilotage de moyens financiers, de nouveaux logements, de concertations locales , de choix urbanistiques pour la transition écologique du parc HLM et celui qui soutient la politique ultra
libérale de M. Macron, fortement dénoncée par toutes les associations de locataires, la fondation Abbé Pierre, les associations d’architectes.

M. Plouvier des Républicains et Mme Gandon de LREM choisissent de soutenir le recul social, l’appauvrissement des locataires et des bailleurs sociaux, la vente d’HLM. Ils devront être sanctionnés, comme leurs amis députés LREM de Rennes qui ont voté ces mesures, dès que les électeurs.trices en auront la possibilité.
Les élus « Parti de Gauche-France Insoumise » de Rennes, quant à eux, soutiennent la démarche de recours en conseil d’état prise par la direction d’Archipel Habitat et appellent à la plus large mobilisation contre la loi ELAN qui revient devant l Assemblée Nationale en septembre.

0

Glyphosate: Scandale sanitaire et démocratique !

 

Glyphosate: Scandale sanitaire et démocratique !

 

Mardi 29 mai à 1heure du matin, le président de l’assemblée nationale décide, arbitrairement, de prolonger la discussion sur la « loi agriculture et alimentation » permettant ainsi l’examen de l’amendement proposant l’interdiction du glyphosate, dans trois ans, devant seulement 86 députés. 63 d’entre eux voteront contre l’amendement.

Cette promesse de M. Macron s’envole. Ainsi, le glyphosate reconnu probablement cancérogène et tout récemment démontré dangereux parce qu’associé à des additifs toxiques, pourra être utilisé encore plusieurs années.

Quatre députés d’Ille et Vilaine ont voté contre l’amendement, Mme Maillard-Méhaignerie et Mrs bachelier, Benoît et Lurton.

Les quatre autres députés étaient absents et n’ont pas défendu l’interdiction du glyphosate d’ici 3 ans.

Voilà donc notre département, plutôt agricole, totalement représenté par huit député défenseurs du glyphosate. Concernés par le bassin versant de la Vilaine particulièrement pollué et très en retard sur la qualité des eaux de surface, mais aussi par des victimes de pesticides, ces députés préfèrent tourner le dos à ces enjeux vitaux.

Le Parti de Gauche dénonce le vote irresponsable de ces députés.

Le Parti de Gauche soutient toutes les initiatives prisent pour combattre l’usage des pesticides, la défense des victimes de ces produits toxiques, qu’ils soient agriculteurs, riverains ou consommateurs.

Le Parti de Gauche dénonce l’emprise de l’exécutif sur l’Assemblée Nationale, qu’il empêche de débattre dans des conditions correctes de sujets aussi graves.

En Marche n’a rien à envier aux ex majorités « godillot » RPR puis PS.

0

Rassemblement de soutien aux palestinien.ne.s

Pour dénoncer les crimes de l’armée israélienne et soutenir les palestinien.ne.s,
pour les 70 années de Résistance à l’occupation de leurs terres et maisons.
 
il est prévu un RASSEMBLEMENT ce soir, mardi 15 mai à 18h30, Place de la République à Rennes.
 
Palestine vivra !  Palestine vaincra !
0

A Rennes, le pouvoir abîme le 1er mai

0

La ZAD vivra !

 

 

Communiqué de presse du PG d’I&V.                                        Rennes le 11 avril 2018

 

Solidarité active pour préserver Notre Dame Des Landes

 

L’abandon du projet d’aéroport qui sanctionnait l’impasse politique suivie par les différents gouvernements depuis près de 20 ans ouvrait un avenir pour ce bocage préservé grâce à la lutte opiniâtre des opposant.es à ce projet. Cela aurait dû, en toute logique, être collectivement remis en perspective d’usages.

Au lieu de laisser du temps pour que l’ensemble des résidents de la ZAD acceptent que la route départementale soit utilisable, ce qui était atteignable, le gouvernement a préféré envoyer 2500 CRS et des engins lourds.

En fixant ainsi l’attention sur la route départementale 281, le pouvoir politique a justifié une intervention policière massive qui en réalité masquait un tout autre objectif.

Très vite, les intentions initiales affichées par Mme la préfète ont été amplifiées et assumées. A ce jour, les agressions policières avec bulldozers emportent tout y compris un lieu de vie emblématique comme la ferme des « Cent noms ».

Le Parti de gauche appelle toutes celles et ceux qui le peuvent à manifester leur solidarité concrète en s’associant aux initiatives prises par les associations locales.

Le Parti de Gauche dénonce la violence que le gouvernement utilise à Notre Dame Des Landes, comme dans les universités. Nous y voyons un message d’avertissement au mouvement social grandissant dans le pays. Mais notre force sera le nombre et la détermination face à cette violence d’état.

Le gouvernement enfonce le pays dans une logique d’affrontements. Ne nous laissons pas intimidés par des bruits de bottes, d’hélicoptères et de grenades. La raison populaire finira par l’emporter.

Le Parti de Gauche réclame l’évacuation des forces de police de la ZAD de Notre Dame Des Landes et le respect des projets agricoles, artisanaux et de services ayant vu le jour sur place

 

0

STOP aux violences policières en Ille-et-Vilaine

splash_communique35

rennes-en-direct-des-incidents-republique-la-manif-repart_0

Depuis bientôt 3 mois, une violence aveugle s’abat sur les manifestant-e-s, les jeunes, les militant-e-s syndicalistes qui exigent le retrait de la loi travail. Comme des centaines d’autres, les adhérent-e-s du PG, et même ses élus, en ont été victimes.On recense 300 blessé-e-s à Rennes, dont un manifestant qui a perdu un œil à cause d’un tir de flashball.

Le 2 juin en début de matinée, la violence policière a franchi un nouveau cap avec 11 collégien-ne-s blessé-e-s (dont 3 transporté-e-s à l’hôpital) suite à une intervention violente de la Police nationale pour déloger des enseignant-e-s et parents d’élèves qui manifestaient pacifiquement et en famille devant le collège Surcouf de Saint-Malo, voué à la fermeture par une décision du Conseil départemental.

L’après-midi à Rennes ce sont des journalistes qui ont été matraqué-e-s et qui ont vu leur téléphone et matériel professionnel détruits par les forces de l’ordre. Dans le même temps,  depuis des véhicules de police en marche, portes ouvertes, des volées de matraques sur des manifestant-e-s  cheminant sur les abords de la rocade font plusieurs blessé-e-s.

Face à cette dérive violente, dont les ordres viennent du Préfet et plus généralement du Ministère de l’intérieur, le Parti de Gauche 35 tient à rappeler plusieurs principes. D’abord, il devient urgent d’interdire l’usage du flashball qui est une arme létale. La BAC (Brigade Anti-Criminalité) n’a rien à faire dans les manifestations, nous ne sommes pas des criminel-le-s !  Ensuite, les ordres donnés aux forces de police et de gendarmerie doivent se limiter à la sécurité des biens et des personnes et non à la provocation, aux insultes et à la répression aveugle. L’obligation pour les forces de l’ordre de porter leur matricule, pour pouvoir répondre d’éventuelles fautes, doit être tenue.

Enfin, le Gouvernement doit bien comprendre que chaque blessé-e, mutilé-e, condamné-e sans preuve, assigné-e arbitrairement, emprisonné-e, renforce notre détermination et notre mobilisation jusqu’au retrait total de la loi travail.

Félix BOULLANGER,
Co-secrétaire départemental du PG35.

0

Contre la loi travail, tous et toutes dans la rue ! Acte VIII – 17 mai 2016

scfq

Alors que le Gouvernement outrepasse tout principe démocratique essentiel en utilisant l’article 49 alinéa 3 de la Constitution afin d’enrayer tout débat parlementaire,

Alors que la répression de tou-te-s les manifestant-e-s par les forces de l’ordre est de plus en plus visible et ressentie,

Alors que  75% des Français-e-s sont opposé-e-s à la loi,

Alors que des secteurs entiers de l’économie seront en grève entre les 16 et 20 mai (cheminot-e-s, dockers, raffineries, transporteur-se-s, pilotes …),

Alors que la Maison du Peuple à Rennes a été évacuée malgré le caractère pacifiste de son occupation,

Continuer à prendre la rue massivement contre la loi travail est essentiel. Mardi 17 mai, rendez vous à :

-> Rennes, 11H, place Charles de Gaulle,

-> Saint-Malo, 11, devant la médiathèque.

 

25386676043_542419207d

0

Évacuation de la Maison du Peuple de Rennes, une nouvelle attaque au Mouvement social

Vers 6h du matin, vendredi 13 mai, les forces de l’ordre ont évacué la Maison du Peuple à Rennes, occupée pacifiquement depuis le 1er mai afin d’organiser la mobilisation contre la loi travail.

Ce lieu était un modèle de convergence des luttes. On y trouvait des étudiant-e-s, des lycéen-e-s, des salarie-e-s, des privé-e-s d’emploi, syndiqué-e-s ou non, participant à « Nuit debout » ou non. La Maison du Peuple servait à la fois à organiser les Assemblées générales mais elle était aussi un lieu de débats, de conférences, de projections de films, de concerts…

Le Parti de Gauche dénonce cette volonté systématique du Gouvernement de museler le mouvement social

Il peut piétiner les principes démocratiques élémentaires à l’Assemblée nationale comme dans les manifestations en utilisant une violence policière démesurée, il n’endiguera pas la colère populaire et la volonté de se mobiliser jusqu’au retrait total de la loi travail.

Eric Coquerel Coordinateur politique du Parti de Gauche

0

Une semaine décisive !

splash_communique35

La 7ème manifestation contre la loi travail, jeudi 28 avril, doit être pour nous l’occasion de montrer au Gouvernement que, malgré la période des examens rendant la mobilisation des étudiants et lycéens plus difficile, nous ne lâchons rien. Le Parti de Gauche 35 sera donc présent aux rendez-vous fixés dans le département.

Rennes – 11h esplanade Charles De Gaulle

Redon – 11h Sous-préfecture

Fougères – 17h30 place Aristide Briand

St Malo – 11h place de la médiathèque Grande Passerelle

Vitré selon les modalités définies localement

Nous appelons également à être massivement présents samedi 30 à 15h place Charles de Gaulle pour la manifestation nationale qui se déroule à Rennes pour le droit d’asile. Dans notre département, les conditions d’obtention du fameux sésame sont particulièrement drastiques, mettant les demandeurs d’asile dans une situation intenable (impossibilité de se loger, de travailler …).

Enfin, la manifestation du 1er mai, à l’occasion de la fête des travailleurs et travailleuses aura lieu comme tous les ans. Nous appelons à y participer pour perpétuer cette tradition internationale du mouvement socialiste.

Le Parti de Gauche 35.